Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 23:22

462 quelques diao Lou des années 20

 

463 d'autres résidences

 

464 une autre résidence

 

ce sont des chinois ayant fait fortune à l'étranger qui sont revenus au pays et ont construit ce village fortifié;

la vie n'était pas très sûre  en Chine au début du 20 ème siècle et l'argent de ces expatriés suscitait des convoitises.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yvon - dans Chine
commenter cet article

commentaires

KASSOUMAY 30/05/2010 21:23



Oui ! une architecture bizarre !


 


Bon début de semaine



Linda & Picasso ::0079::0071:: 30/05/2010 19:32



Bonne soirée ...sous ...


La Pluie






Longue comme des fils sans fin, la longue pluie
Interminablement, à travers le jour gris,
Ligne les carreaux verts avec ses longs fils gris,
Infiniment, la pluie,
La longue pluie,
La pluie.

Elle s'effile ainsi, depuis hier soir,
Des haillons mous qui pendent,
Au ciel maussade et noir.
Elle s'étire, patiente et lente,
Sur les chemins, depuis hier soir,
Sur les chemins et les venelles,
Continuelle.

Au long des lieues,
Qui vont des champs vers les banlieues,
Par les routes interminablement courbées,
Passent, peinant, suant, fumant,
En un profil d'enterrement,
Les attelages, bâches bombées ;
Dans les ornières régulières
Parallèles si longuement
Qu'elles semblent, la nuit, se joindre au firmament,
L'eau dégoutte, pendant des heures ;
Et les arbres pleurent et les demeures,
Mouillés qu'ils sont de longue pluie,
Tenacement, indéfinie.

Les rivières, à travers leurs digues pourries,
Se dégonflent sur les prairies,
Où flotte au loin du foin noyé ;
Le vent gifle aulnes et noyers ;
Sinistrement, dans l'eau jusqu'à mi-corps,
De grands boeufs noirs beuglent vers les cieux tors ;

Le soir approche, avec ses ombres,
Dont les plaines et les taillis s'encombrent,
Et c'est toujours la pluie
La longue pluie
Fine et dense, comme la suie.

La longue pluie,
La pluie - et ses fils identiques
Et ses ongles systématiques
Tissent le vêtement,
Maille à maille, de dénûment,
Pour les maisons et les enclos
Des villages gris et vieillots :
Linges et chapelets de loques
Qui s'effiloquent,
Au long de bâtons droits ;
Bleus colombiers collés au toit ;
Carreaux, avec, sur leur vitre sinistre,
Un emplâtre de papier bistre ;
Logis dont les gouttières régulières
Forment des croix sur des pignons de pierre ;
Moulins plantés uniformes et mornes,
Sur leur butte, comme des cornes

Clochers et chapelles voisines,
La pluie,
La longue pluie,
Pendant l'hiver, les assassine.

La pluie,
La longue pluie, avec ses longs fils gris.
Avec ses cheveux d'eau, avec ses rides,
La longue pluie
Des vieux pays,
Éternelle et torpide !


 




Auteur : Emile Verhaeren (1855-1916)






Linda & Picasso ::0079::0071:: 29/05/2010 15:05







mamita 28/05/2010 08:26



Comme tous les nouveaux riches et les anciens ils veulent vivre entre eux


bises bonne journée



françoise 27/05/2010 16:13



Etonnantes constructions


bise


françoise



cocole 27/05/2010 08:35



ils devaient être fortunés pour avoir de tels besoins pour se loger ! étonnant !ça ferait de beaux musée !!



Quentin-panoraMAX-phOtOmax 25/05/2010 18:37



des architectures dont ils ont le secret



Marie Soleil 25/05/2010 00:40



Tu m'étonnes l'argent à toujours suscité des jalousies.



Bises et bonne semaine.


Marie



Texte libre

suivez-moi!  en route pour de nouvelles aventures
 
partons de par le monde, à la rencontre des autres.
 
 
 
 
 
 
 
Vivre Debout
Aidez Handicap International

 
 
 
à Orléans (France)
 
 
 undefined
 

Texte libre

 
 
     Click for Orleans, France Forecast
       Orléans (France)
 
 
Copyright  :   
Les photos figurant sur
ce site ne peuvent être
reproduites sans
mon autorisation

Catégories